tout digital

le plus remarquable c’est Singapour. Avec un PIB par habitant qui crève le plafond et une infrastructure à toute épreuve, la Ville Etat possède les atouts clés pour un usage intensif de la relation digitale. Ajoutons à cela un peu de dirigisme étatique et le tour est joué.

Ici comme ailleurs tous le monde a un smartphone à la main et c’est plus compliqué de trouver deux personnes qui discutent dans le métro qu’une foule entrain de chater sur le quai.

Réserver une voiture, un restaurant, commander ses achats en ligne : bien sur. Mais payer son parking en NFC, ou son pack d’eau en flashant un QR code voilà qui est plus novateur.

A Singapour on peut absolument tout faire en terme de relation client avec son téléphone.

Pourtant les rues sont pleines de commerces, parmi les plus célèbres et les plus luxueuses de la planète. Les consommateurs ont plongé dans le digital mais ils ne vivent pas pour autant enfermés chez eux ou river à leur écran en permanence. La vie des stores est intense et ça n’est pas qu’un phénomène touristique.

L’état prend le relai des nouvelles habitudes de consommation. Les petits commerçants du marché chinois sont peut-être récalcitrant à afficher leur rating Trip Advisor, mais l’état affiche lui-même sa propre évaluation sanitaire de chaque commerce.